[./index.html]
[./historique.html]
[./but.html]
[./contact.html]
[./historique.html]
[./but.html]
[http://www.melnocreation.com]
[Web Creator] [LMSOFT]
Le pilotage
Le pilotage

Techniques de pilotage


Les techniques du pilotage diffèrent en fonction de la dimension dans laquelle on la pratique.

Terrestre:



La trajectoire: Très certainement le point le plus important du pilotage terrestre, c'est une ligne invisible représentant le tracé le plus direct et du fait le plus rapide située entre deux points d'un parcours le départ et l'arrivée qu'il faudrait en théorie impérativement suivre.

La vision: Le sens le plus important et le plus sollicité pour le pilotage une simple phrase en résume sa déterminence " ou les yeux regardent les mains vont ".

La décélération et le freinage: Le point le plus critique et déterminant du pilotage, il faut savoir trouver le parfait équilibre entre le rétrogradage des rapports de boite de vitesse ( frein moteur ), la puisance et la durée du freinage.

Le point de corde: Point fictif idéal de la trajectoire situé à l'intérieur de tous types de courbes tout au long d'un parcours.

L'accélération: Période cruciale ou il faut savoir doser et donner dans un laps de temps le plus bref toute la puissance du véhicule.

L'adhérence: La partie technique du pilotage la plus complèxe du fait de la conjoncttion de plusieurs facteurs très différents ( pneumatiques, amortisseurs, aérodynamisme, barres stabilisatrices et nombreux autres réglages...)

Le revètement de sol: On peut pour le pilotage terrestre être amené a concourrir sur n'importe quel type très varié de terrains ( terres de toutes sortes, graviers, sables, asphaltes, neiges et glaces ), à ceux-ci il faut bien évidement ajouter un facteur important qui les modifient complètement la pluie.

La reconnaissance et la connaissance: Afin que toutes les techniques précédements citées puissent être appliquées au mieux il faut dans la mesure du possible reconnaitre plusieurs fois le pacours et pour réaliser les meilleures performances il faut nécessairement le connaitre au plus juste.

Maritime :




La trajectoire: Plus vaste et aléatoire que le pilotage terrestre, elle se détermine le plus souvent en fonction de l'état de la houle,des vagues,des courants, de la visibilité ceci pour le maritime à moteur et en plus de ceux-ci le vent pour le maritime à voile ( à l'exception des engins sous-marins qui utilisent en plus de l'horizontalité la profondeur).

La vision: Toute aussi importante que le pilotage terrestre.

Le glissement: Facteur trés important du pilotage maritime le coéfficient de frottement sur l'eau doit être le plus faible possible offrant ainsi une résistance moindre à l'avance.

La navigation aux instruments: Quelque fois utilisée dans les grands espaces en pilotage terrestre elle est là dans le pilotage maritime d'une importance majeur du fait de ces trés grandes dimensions.

Aéronautique :


La trajectoire: La plus vaste et aléatoire des trois dimensions car comme les engins sous-marins elle utilise deux plans l'horizontalité et la verticalité. Cet espace hormis le sol et pratiquement sans limites.

Le decollage: Action d'accélération qui permet de transformer la vitesse en effet de portance ainsi l'engin peut s'arracher du sol.

Les manoeuvres: Trés nombreuses et diverses en fonction des engins utlilisés et des trajectoires possibles ( montées, descentes, courbes de toutes sortes, loopings, tonneaux, vrilles, etc...).

L'atterrissage: L'action de pilotage aéronautique la plus délicate, inverse de celle du decollage à l'exception faite du contact avec le sol qui parfois peut-être trés brutal et dangereux.

La navigation aux instruments: Encore plus importante que pour le pilotage terrestre et maritime.